Le travail n’est pas une maladie, mais ça se soigne

A l’heure où le thème du travail est bousculé par la révolution numérique notamment, il est urgent de réconcilier la vie professionnelle et le désir. Tel est le propos de ce premier ouvrage consacré au désir dans la vie professionnelle, disponible en ligne, en version papier ou digitale.

Alors que le travail constitue un facteur d’identité sociale et d’autonomie matérielle, le désir est en effet cantonné à d’autres aspects de l’existence : sexualité, culture, loisirs etc.

Or, le désir est à la base de la construction de l’individu, il est également le fondement de sa dimension d’acteur économique. Mais faute de le savoir et d’appréhender pleinement le désir, la vie professionnelle est détachée de la vie inconsciente et est parfois vécue comme un échec, au mieux comme une fatalité ou un pis-aller. Autrement-dit, quand arrive le temps de la décision – orientation, changement, évolution, réinsertion… – la question du désir véritable n’est jamais posée.

Par ailleurs, aborder la question de l’activité professionnelle comme une spécialité à part entière dans le champ de l’aide individuelle personnelle, en entreprise ou dans toute autre organisation collective, est une solution innovante, positive et efficace pour accorder enfin l’activité professionnelle et le désir du sujet.

Ainsi, si le travail n’est assurément pas une maladie, ça se soigne !

“Le travail n’est pas une maladie, mais ça se soigne”, un ouvrage de Christophe Nagyos, aux éditions chapitre.com, 2016.

Prix : 10,99 € en version numérique (epub ou pdf), et 15 € en version papier.

Disponible sur Chapitre.com et sur amazon.fr ou à commander à votre libraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *